Fermeture de la saison de la pêche à la truite

Séjour en montagne pour la fermeture à la truite

Depuis quelques jours, à l’arrivée de la date de la fermeture en montagne, je réfléchis sans cesse à la destination qui sera appropriée pour marquer cet événement !

Changement de temps sur les sommets du Mercantour

Lac de montagne dans le Mercantour, Gorge du Verdon, Haut-Verdon, Siagne, ou bien opter pour une rivière encore inconnue… Les choix ne manquent pas mais ma décision traîne encore. Votre guide de pêche va avoir du mal à faire un choix…

Au final, je pars sur les lacs de montagne, en me concentrant sur un seul lac.

C’est parti pour 3 jours et 2 nuits de bivouac. Le départ se fera la veille.

Vendredi 18 septembre: 19h00
Le soleil se couche. Il est temps de manger avant de profiter d’une bonne nuit de sommeil car le lever se fera le lendemain à 5h15 !

Samedi 19 septembre: 5h15
Réveil un peu frais ce matin… Pendant que le café chauffe, petite vérification du sac pour être sur que rien ne manque.

6h00
Je me munis d’une canne à mouche et d’une autre pour pêcher à la bombette et j’entame les 1h15 de marche d’approche.
En longeant un petit torrent de montagne qui traverse une forêt de mélèzes et un vallon rocheux, ce n’est qu’au bout de 1h de marche qu’apparaît le dernier passage avant le petit col donnant sur le lac. 15 min plus tard, je vois apparaître le lac tant convoité, implanté au milieu d’un cirque au dimensions impressionnantes.

7h15
Le soleil n’est pas encore arrivé mais les reflets sur l’eau gênent pour repérer d’éventuels poissons en maraude. Pour ne pas perdre de temps, je trouve une place pour les 2 bivouacs que je monterai plus tard et je monte mes cannes.
Je commence à la bombette avec un petit poisson nageur, en exploitant les parties profondes mais je n’optiens aucun résultat.

9h00
Le soleil finit par trouver sa place au milieu des passages nuageux. Les gobages deviennent réguliers mais impossible de savoir sur quels insectes. Je prends plusieurs refus en sèche, et passe en nymphe à vue. Rapidement un poisson se jette sur mon imitation et je casse ma pointe en 10/°°, un peu stress sur le ferrage….
Sur la fin de matinée aucun poisson au sec, seule une casse et de nombreux refus. Pour résumer, aucune touche à la bombette.

En milieu d’après-midi
Le temps change et en très peu de temps les conditions changent aussi radicalement. Un brouillard épais et des bourrasques de vent apparaissent, il est l’heure de changer de place pour le camps de base. J’aperçois pas très loin, un emplacement bien abrité du vent où d’ailleurs quelques poissons se baladent sur la bordure. Je fais alors un super coup du soir avec 2 poissons de 36 cm et une de 23 cm.

19h00
Installation du bivouac et préparation du repas du soir. Le repas chaud est bien agréable dans un tel cadre. La météo annoncée était fixée sur un temps beau fixe pour tout le weekend, mais en montagne, le temps peut tourner très vite. Il est important de doubler sa vigilance. Surtout qu’après que le brouillard se soit bien installée, c’est la
la pluie qui s’invite pour une bonne partie de la nuit.

Dimanche 20 septembre : au petit matin
Une légère brise dégage doucement le ciel et ce tout au long de la matinée.

Dans l’après midi
Je remarque par endroit un grand nombre de fourmis posées sur l’eau. Je reste donc à proximité de ces nuées dérivantes en surface. Après un peu d’attente, un très beau poisson se met à tourner, les yeux rivés vers la surface. Il apparaît et disparaît derrière un gros bloc immergé. Il faudra un peu de patience et d’attente avant qu’il ne vienne gober goulûment les fourmis fraîchement retombées sur l’onde. Je lance ma ligne à seulement quelques mètres du bord et le voilà qui regarde le bout de mon bas de ligne. Je le vois alors avancer tout doucement mais surement… plus proche encore…pour finalement faire demi-tour. Mon cœur en est alors tout retourné. Il me fera le même coup à deux reprises encore avant que je n’arrive à l’attraper. Il aura fallu un gros combat proche des roches de bordure, sans parler d’un bon stress pour la mise à l’épuisette. Rapidement je la mesure: 44 cm ! Que du bonheur ! Le poisson de l’année pour la fermeture! Une photo et je le mets à l’eau.

18h15
L’activité en surface est au plus fort ! Tout ce beau monde se régale, très compliqué à piquer. J’enregistrerai une seule casse sur cette dernière heure, avant que la pluie s’installe .

19h00
La pluie ne cesse de tomber et je monte VITE la tente! 10 min plus tard, tout est à l’abris. Après avoir mangé au chaud, dans le duvet, la pluie devient orage, je sors rapidement pour plier les 2 cannes afin de les éloigner de la tente. Je tenterai de trouver le sommeil jusqu’à 3h30 du matin où la pluie laisse place au vent. Vent qui prendra rapidement de l’intensité et qui dégagera tous les nuages en quelques heures. Bon point : la météo redevient clémente; mauvais point : je n’aurais dormi que 3h en tout.

Lundi 21 septembre :8h30
Bien à l’abri dans la tente, je prends mon petit déjeuner.

9h00
Tout doit être démonté (attention le bivouac dans le Mercantour est réglementé, donc renseignez-vous).

9h30
Le sac est prêt pour partir si la météo ne change pas.
Les vagues sur le lac et la température du vent n’annoncent pas une bonne grosse pêche!

14h00
Le vent se calme, ce qui laissera quelques poissons percés timidement la surface.
Je saisirai un poisson de 34 cm et décrocherai un autre gros poisson.

15h30
Je dois redescendre jusqu’à la voiture et dois me convaincre que la pêche à la truite c’est fini jusqu’au 12/03/2016.

Bilan des choses: une magnifique fermeture de la saison à la truite en première catégorie !

Belle prise
Truite Fario de 36 cm pêchée en lac d’altitude dans le Parc National du Mercantour

Une aventure de 3 jours qui redonne une bonne dose d’énergie pour aborder la saison automnale du carnassier au leurre en kayak.

Une réflexion sur « Fermeture de la saison de la pêche à la truite »

Les commentaires sont fermés.